Tous les articles par

Martine

Sous mon toit

Il reste combien de dodos?

Ceci est une galerie d’images, appuyer sur les flèches pour les faire défiler.

Je suis une meilleure maman pour mes enfants dans un autre cadre que celui de la maison. Aussi familière, rassurante et confortable qu’elle soit, notre maison demeure le théâtre de notre quotidien. Entre les repas, la lessive et les corvées ménagères, je ne parviens pas à détacher complètement mon esprit de ce que je pourrais faire ou de ce que je ferai dès que j’en aurai la chance. Pourtant, je sais que la chance c’est d’être aux côtés d’Ambre et de Philibert, qu’il me faudrait chérir et saisir chaque opportunité que j’aie de me nourrir de leur jeunes et adorables personnes parce que le temps passe vite, déboule même. Poursuivre la lecture

La tablée

Parmentier aux fruits de mer, maïs et fromage bleu

Parmentier de fruits de mer, maïs et gorgonzola

Dans ma famille, nous ne prenions pas la peine de faire de mignonnes portions individuelles pour les coquilles Saint-Jacques puisque nous les servions tel un pâté chinois. Si je trouvais ça dommage à l’époque, je suis aujourd’hui d’avis que c’est une économie de temps appréciable et une heureuse façon de présenter un plat au joli look rustique. Poursuivre la lecture

La tablée

Avoine croustillante aux pacanes et aux dattes

granola-pacanes-et-dattesLa nouvelle année qui s’amorce me donne non seulement envie d’avoir une alimentation plus saine, mais surtout plus consciente. Si étant enfant je quittais systématiquement la table en dernier, il m’arrive aujourd’hui de terminer mon assiette en réalisant que je n’y ai pour ainsi dire même pas goûtée. Comme l’heure est au ralentissement dans plusieurs sphères de ma vie, je crois que le plan culinaire n’est pas à négliger, au contraire.

Poursuivre la lecture

La tablée

Simplissime crème de chou-fleur

C

Hier, lorsque j’ai fait une crème de chou-fleur, j’ai été bien exaspérée de constater que j’avais oublié d’y inclure une pomme de terre. Peu motivée à réaliser un beurre manié, je me suis remémorée avoir lu dans un livre de recettes (je serais bien embêtée de nommer lequel) qu’un potage de chou-fleur pouvait être réalisé sans quelqu’épaississant que ce soit. Bien que j’aie tenté la chose à reculons, ça m’a valu une délicieuse et soyeuse crème de chou-fleur, la meilleure que j’ai cuisinée à ce jour en fait. Au-delà de l’absence de pomme de terre, c’était la première fois que j’employais un bouillon de poulet maison fait à base de carcasses BBQ. À refaire.  Poursuivre la lecture

Sous mon toit

Ce que je peux les aimer

Ceci est une galerie d’images, utilisez les flèches pour les faire défiler.

Je suis très fière de chacun des membres de ma famille. 

Je suis fière de mon homme qui parvient encore à me surprendre après toutes ces années à mes côtés, notamment parce que depuis plus de deux ans déjà, il me fait savoir pourquoi il m’aime tous les lundis (une routine visant à rendre les lundis moins « lundis ») sans jamais, ou presque, avoir dit deux fois la même chose. Mais ce n’est pas là le plus surprenant, le plus surprenant c’est qu’il ne m’a jamais laissé entendre qu’il était lasse de se prêter à ce caprice de ma part et qu’il ne me demande pas pourquoi je l’aime en retour. Je trouve que ça en dit long sur sa générosité, sa créativité, sa patience, son altruisme, son amour, sa confiance… Poursuivre la lecture

Sous mon toit

Suspendre le temps

Ceci est une galerie d’images, utilisez les flèches pour les faire défiler.

Il y a de ces moments que l’on voudrait voir s’étirer. La soirée que mes amis et moi avons partagée à la ferme agrotouristique Au Pied Levé est de ceux-là. Je me rappelle avoir regardé ma montre à plusieurs reprises histoire de me rassurer, de m’assurer que nous avions toujours du temps à partager. Poursuivre la lecture

Sous mon toit

Silence radio

silence_radio

Je voudrais pouvoir taire la voix dans ma tête qui parvient trop souvent à me faire croire que je n’ai rien de bien intéressant à dire, que je ne suis pas plus drôle que pertinente. C’est d’ailleurs pour cette raison que je me tourne vers l’écriture. De un, parce que ça me donne le loisir de mieux contrôler mon discours, de deux, parce qu’il est plus facile pour moi d’imaginer quiconque interrompre sa lecture que de me demander de me taire. Poursuivre la lecture

Sous mon toit

Bill et Scarlett

bill-et-scarlettHier soir, tandis que j’entendais mon amoureux parler une seconde sur deux, soit au rythme où Philibert appuyait sur la fonction main libre du combiné, j’ai eu une prise de conscience. En mode monoparental depuis deux jours et tandis que j’assurais simultanément la gestion de mon riz frit et celle de mes enfants, je nous ai vu, mon amoureux et moi, de la même manière que je perçois le couple formé par Bill Murray et sa femme dans le film Lost in translation. Nous étions à des kilomètres physiques, vu la distance, et psychiques, vu le filtre du quotidien familial qui brouillait, voire inhibait, notre conversation. Poursuivre la lecture

La tablée

Beurre de pomme au romarin

beurre_pommes_romarinChaque fois que des pommes d’automne cuisent chez moi, l’odeur me replonge immanquablement en enfance. Je suis transportée dans la cuisine de ma grand-mère paternelle, fascinée par son chinois. Comme nous arrivions toujours après qu’elle ait fait ses compotes, je lui posais annuellement la même question (à moins que ce ne soit mes yeux interrogateurs qui l’aient fait) pour qu’elle en vienne, traditionnellement, à m’expliquer comment elle procédait. Je ne sais pas si c’est un jeu de mon imagination, mais je crois bien qu’un jour je l’ai vu faire. Si ma mémoire est bonne (et fidèle), je ne mesurais pas ma chance. 
Poursuivre la lecture

Sous mon toit

Cassis et Mélisse

chat_paresseux

Je ne suis pas très douée pour orchestrer les vacances. C’est souvent à l’aube des congés que je me questionne tardivement sur ce que nous ferons, où et quand? La résultante cette année encore: une feuille de route bien maigre sinon que j’aie miraculeusement obtenue une nuitée à la chèvrerie Cassis et Mélisse. Une première expérience agrotouristique mémorable que je dois à mon amie Ange dont le compte Instagram m’a piqué d’envie. Comme quoi il n’est pas nécessaire de séjourner à des kilomètres pendant des jours pour être dépaysée. Poursuivre la lecture