Tous les articles par

Martine

La tablée

Croquettes de thon et patates douces

Croquettes de thon et patates douces

Je ne sais pas si c’est le temps qui travestit mes souvenirs, mais il me semble que j’ai mangé très souvent des croquettes de poisson en bas âge. Ce n’était pas un problème pour moi qui les adoraient, surtout sous une montagne de ketchup, mais encore fallait-il qu’elles soient rondes. Non pas parce que leur forme circulaire ravissait davantage mon oeil que les bâtonnets, mais parce que celles-ci, contrairement aux autres, était faites à partir de purée de pomme de terre. Poursuivre la lecture

La tablée

Beurre de pomme aux pruneaux (sans sucre ajouté)

Beurre de pomme aux pruneaux

Sans être obsédée par l’apport calorifique et nutritionnel des aliments, j’y porte une attention assez constante et je tâche de faire des choix qui soient sains pour notre famille. Cela dit, ces derniers temps, je me suis surprise à faire preuve d’un lâcher-prise qui nous aura valu certains extras dans le garde-manger. Je ne suis pas allée jusqu’à acheter du Nutella (l’incarnation du mal selon moi), mais disons que j’ai donné dans le sel et le sucre ajouté avec un certain détachement. Il m’apparait maintenant opportun, avec l’arrivée de l’automne, de retrouver une certaine discipline, mais pas au prix d’une perte de plaisir, mes enfants ne me le pardonneraient pas. Ce beurre de pomme, qu’ils mangeaient à la cuillère tel de la crème glacée, est un premier pas dans la bonne direction.
Poursuivre la lecture

La tablée

Soupe poulet et riz

Soupe poulet et riz

Mon amoureux et moi avons passé un été dont nous nous rappellerons longtemps. Équipés d’un mois et demi de vacances chacun et habités d’un enthousiasme débordant devant le déménagement et le chantier qui nous attendaient, nous ne nous doutions pas de la somme de travail, d’énergie et de patience dont il faudrait se doter pour transiger avec l’entrepreneur, les délais, les dépenses et, surtout, avec les enfants. Nos deux amours ont d’ailleurs dû fréquenter la garderie bien au-delà de ce que nous avions prévu et du raisonnable en période estivale. Nous étions convaincus à tort que les travaux iraient rondement et que nous aurions forcément du temps pour nous amuser en famille avant que ne reprenne le travail et que notre grande ne fasse son entrée à la maternelle, surtout. Poursuivre la lecture

Sous mon toit

Anne-Marie

Anne_MarieMa grand-mère est l’une des personnes dont j’anticipe le plus le décès. Bien que je l’ai toujours aimé, je n’ai pas toujours craint qu’elle ne nous quitte et mon coeur ne s’est pas toujours serré à cette éventualité. Enfant, je l’appréciais comme on aime une grand-maman que l’on visite régulièrement et que l’on voit sans trop voir parce qu’une visite dominicale s’impose plus par routine que par choix, surtout à un âge où l’on se glisse dans la voiture sans même savoir on l’on va.  Poursuivre la lecture

Sous mon toit

Court le lion

Court le lionSans mentir, je dois avoir appris la version intégrale d’au moins une cinquantaine de chansons depuis que mes enfants ont vu le jour. J’étais sans me douter, au départ, de l’exercice de mémorisation que ça constituerait. Mais ça a ses avantage puisque je peux rouler Québec-Montréal sans que mon répertoire ne se recoupe, vivement d’ailleurs si l’on considère qu’il n’y a pas si longtemps encore, mon garçon, lui, pouvait les pleurer.  Poursuivre la lecture

La tablée

Champignons au gras de canard et au porto

Champignons aux gras de canard et porto

Lorsque je cuisine ces champignons, mon fils tourne autour de moi comme un lion en cage. À la seconde où j’en porte un à ma bouche, il me lance un adorable et fébrile: « E veut goûter moi aussi! ». D’ailleurs, j’ai pris l’habitude de doubler la recette puisque lui seul en mange la moitié, dont le quart à même la poêle.  Poursuivre la lecture

Sous mon toit

« Wall of fame »

Mur de photo maisonIl y a quelque temps, j’ai reçu mes amies à la maison. Je m’étais portée volontaire pour être l’hôte de nos retrouvailles communes avec une amie de longue date exilée dans la Métropole depuis bon nombre d’années déjà. Nous ne l’avions pas vu depuis Mathusalem et nous étions donc folles de joie de nous réunir autour d’une table couronnée de la plus belle pavlova qui soit, quoi qu’en ait pensé son auteure, découragée par un léger affaissement. Poursuivre la lecture

Sous mon toit

Le premier jour du reste de ma vie

Au Pied LevéJe me suis couchée hier soir tellement prompte à la joie. Après avoir écouté un épisode de Di Stasio portant sur le bien-être, j’avais l’impression d’avoir trouvé le chemin de la paix intérieure. Un café blanc plus tard, je sombrais dans le sommeil l’esprit en fête en pensant à tout ce que ferais/cuisinerais aujourd’hui dans le but de tendre vers une meilleure version de moi, de celle qui transpire la paix et l’épanouissement. Mais voilà, je me suis réveillée affublée d’un mal de tête et toujours aux prises avec un rhume qui maîtrise à merveille l’art de me laisser croire qu’il tire à sa fin sans que ce ne soit jamais le cas. Je ne sais pas à quel moment exactement j’ai perdu la foi en ma capacité à faire de ma matinée quelque chose de révolutionnaire, mais c’est possible que ce soit lorsque j’ai perdu celle que j’avais de me faire entendre de mes enfants qui semblaient hautement indifférents au fait que ma grande manquerait éventuellement l’autobus jaune devant la conduire à sa sortie préscolaire. Poursuivre la lecture