Sous mon toit

Tu penseras ce que tu veux du bordel ambiant

Tu penseras ce que tu veux du bordelJe me fais plutôt chiche sur les billets ces temps-ci, mais je ne trouve pas le temps ou si peu de rédiger quoi que ce soit. Je suis accaparée comme jamais par ma famille, positivement j’entends.

Si je me tuais autrefois à la tâche pour offrir à mes enfants et mon amoureux un foyer impecc et ordonné, je tends aujourd’hui dans une tout autre direction. J’ai tellement espéré y parvenir d’ailleurs. Je ne peux pas dire le nombre de fois où je me suis senti coupable de tourner le dos à ma fille pour remplir ma maladive obsession du rangement et de la propreté (mon conjoint dirait que je suis sévère, que ma fille est privilégiée à bien des égards, notamment parce que j’ai mis du soin à développer ma relation avec elle). Enfin, trêve de culpabilité, je peux désormais regarder au-delà du bordel ambiant et me concentrer pleinement (ou presque, puisqu’on ne renie pas sa nature du jour au lendemain) sur mes enfants.

Je fais fi des miettes qui roulent sous mes pieds et des vêtements jonchés ici et là. Je parviens à dormir même si la vaisselle, graisseuse ou recouverte de restes séchés, défigure ma cuisine sinon l’ensemble de ma maison à aire ouverte. Je suis capable d’exister même si les empreintes de mains de mes enfants blurent le tiers inférieur de la quasi totalité des fenêtres de la maison. Je me fiche que des cernes répétés et non identifiés ornent les tablettes de mon réfrigérateur. C’est à la fois libérateur et bénéfique. Essentiel, surtout. Parce que je ne crois pas que l’on puisse à la fois être une mère zen et une fée du logis.

Alors toi qui passeras chez moi, inconnu ou non, tu as fini d’avoir autant d’emprise sur moi. Je ne me tuerai plus à la tâche au cas où tu mettes le pied chez-moi accompagné d’un regard critique. Tu penseras ce que tu veux du bordel ambiant parce que je choisis d’être présente là où ça compte. Je choisis d’être une mère plus portée sur la légèreté, le rire et le jeu, sur le temps partagé surtout.

Vous pourriez aimer

Aucun commentaire

Commenter